Fermer

Baignoire sauvage

L’important, pour photographier les baignoires sauvages, est de toujours les approcher avec prudence, préférablement la lumière de dos, et accroupi. Elles sont réputées être particulièrement farouches, surtout à l’approche de l’hiver, quand le gel commence à les saisir…

Lors de promenades en forêt, il n’est pas rare de faire ce genre de rencontres incongrues. Parfois, il s’agit d’artéfacts agraires vieux de plusieurs décennies, voire siècles, vestiges des premiers colons des lieux. D’autres fois, plus souvent, on rencontre de tels objets du quotidien, déplacés là comme s’ils faisaient partie d’un projet artistique in situ, sans logique ni raison.

Cette baignoire a pu servir d’abreuvoir à bestiaux, il y a trente ou quarante ans, avant que la forêt ne reprenne ses droits autour d’elle. Ou encore, peut-être s’est-elle réfugiée là au terme d’une longue errance à l’arrière d’une fourgonnette en peine? Impossible de savoir, en fait. Et il en ira de même de toutes nos possessions, et de nos dépouilles aussi, dans cent ans ou mille.

 

À propos de l'auteur Nicolas

Adepte de plein air basé à Sherbrooke, QC, Canada, je prends des photos où les paysages ont une place de choix.

All posts by Nicolas →

Exprimez-vous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :