Fermer

Tablelands, NL

Un décor digne d’un western, dans le parc du Gros Morne, à Terre-Neuve. Photo infrarouge avec Nikon D90 modifié.

Humber Arm South, NL

Montagne de Blow Me Down, vue depuis l’entrée de la Brook Trail, à Humber Arm South, Newfoundland (Terre-Neuve).

J’ai plus de 3500 photos de notre voyage à Terre-Neuve à revoir et à trier, de quoi m’occuper plusieurs longues soirées cet hiver. D’ici là, de temps en temps, j’en publierai tout de même une à l’occasion. D’autres photos aussi sur mon compte Instagram.

Un long voyage

Cet iceberg a parcouru des milliers de kilomètres et d’années pour arriver jusqu’ici, dans la baie de St. Lunaire-Griquet, au Nord de Terre Neuve. Nous nous sommes aussi donnés beaucoup de mal pour venir à sa rencontre, mais cela en valait tellement la peine.

Western Brook Pond

En voyage à Terre Neuve depuis moins d’une semaine, je suis un peu dépassé par la richesse des paysages que nous observons chaque jour, par le défilement des kilomètres en voiture et ceux que nous parcourons avec nos semelles dans les sentiers. J’ai déjà des centaines de photos dans mes cartes mémoires, et pas un instant pour les regarder. Ce sera pour plus tard. Aujourd’hui, on s’est offert une ballade plus touristique en bateau-mouche, dans un fjord millénaire. Cette photo a été prise avec mon téléphone. Ça ne donne même pas l’ombre d’une idée de ce que nous avons vu en réalité.

Relève

Un printemps de plus au cycle des saisons.
Le retour des couleurs s’impose dans la forêt.

L’heure d’Or

Elle ne dure pas longtemps. Il est si facile de passer à côté, quand on garde son nez plongé dans ses occupations et préoccupations.

Le passage

Le passage

Un autre souvenir magique de l’été dernier, dans la réserve faunique La Vérendrye. On accède à ce ruisseau après un rapide portage entre le le lac Longevelle et le lac Cotyle. Le cours d’eau finit par se rétrécir tellement qu’il ne subsiste plus qu’un étroit berceau, juste assez large pour laisser filer le canot jusqu’à cet endroit. De très fines et colorées libellules nous ont accompagnés, telles des fées diaphanes, tout au long de ce passage.