Fermer

Suspendu

À tes lèvres. Dans tes pensées enchevêtrées. Déraciné, et pourtant, immuable. Entre deux eaux. Sur un flot continu qui, sans jamais t’atteindre, te sustente aussi. Et te protège. En équilibre sur un filet tentaculaire.

Fermé

Comme un esprit. Prisonnier de ses récurrences. Sans issue. Enserré par le temps. Captif d’une résignation végétale. Sans espoir de passage. Puis se demander : pourquoi voulais-je aller là, au fait? Étrange attrait, que ces obstacles plus faciles à contourner qu’à franchir.

Blanc crème

Il suffit de lever les yeux pour comprendre que nous venons de pénétrer dans un autre univers.

Hérissée

La forêt a revêtu ses piquants de neige que l’on n’ose effleurer, de peur de briser toute l’illusion, que celle-ci ne s’effondre soudain en un grand tas de givre.

Tombé

Un jour, géant tutélaire. Un autre, obstacle temporaire sur la piste.

La voie facile

Parfois, la voie devant nous se révèle trop simple

D’une évidence consternante.

Parfois, on serait tenté de questionner

Sortir du sentier

S’enfoncer entre les arbres clairsemés.

Parfois, on se souvient qu’on a déjà tenté tout cela.

Parfois, la voie devant nous est la seule voie que l’on n’a jamais osé suivre.